34 dossiers à l’ordre du jour, dont des sujets, très impactant pour la commune, l’urbanisation des ZAC de la Garenque et de la Jasse neuve, obligeant 3 élus (dont le maire) à quitter la salle, puisque que ces élus sont propriétaires de parcelles dans la ZAC.


Ce dossier est très sensible en terme d’environnement puisque ces deux « Zones d’aménagement concertées » prévoient la réalisation à terme de 1.050 logements (hausse de 13 % de la population) et une zone d’activité touristique de « haut standing ».


Ce projet prévoit l’urbanisation d’un secteur naturel présentant des enjeux écologiques et paysagers notables. Le secteur du projet est également concerné par un enjeu de cadre de vie notamment au regard des nuisances sonores et de la pollution de l’air (création d’une voie urbaine), selon le retour de la Mission Régionale d’Autorité Environnementale d’Occitanie (Mrae) du 24 décembre 2020.


Cette même mission demande à la commune la mise en œuvre d’actions d’évitement pour réduire l’impact sur la biodiversité et d’approfondir l’étude d’impact qui est plutôt légère en y incluant les deux ZAC.


Selon le 1er adjoint au maire, ce projet d’urbanisation serait « écologique », sans apporter plus de détails; il a annoncé la restauration du corridor écologique de l’arc rétro-littoral, en plantant des arbres à l’entrée de Valras-plage : un véritable poumon vert …
Mais également en achetant diverses parcelles sur Sérignan et les communes de l’agglo de Béziers pour compenser l’artificialisation, il a aussi précisé qu’il était prévu l’acquisition de diverses, le suivi et l’achat de ces parcelles, permettraient d’être trois fois plus efficaces pour la biodiversité que les parcelles actuelles qui sont à l’abandon » …


Nul doute, la commune de Sérignan, ferme les yeux sur l’environnement préférant compenser sa bétonisation par la plantation d’arbres (qui ne seront pas forcément sur notre commune !).
ce projet d’urbanisation sur la ville, aura un fort impact sur la vie quotidienne des citoyens et nécessitera la création de nouvelles infrastructures : école, routes, éclairage urbain, etc. Sans oublier la production d’ordures ménagères. 

Il impactera aussi une ressource naturelle qui devient précieuse : l’eau !
En effet, la commune connaît une croissance démographique importante ces dernières années mettant une pression sur nos stocks en eau potable, va également se poser le problème du traitement des eaux usées.
Enfin, se pose ici un problème démocratique, même si la commune se contente du minimum légal en terme de concertation à travers une consultation publique (qui n’est pas à la portée de madame et monsieur tout le monde).
Ces aménagements méritent très largement des débats publics, afin d’impliquer les concitoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *