Un antidépresseur humain pourrait- il causer la disparition de l'Etourneau sansonnet ?

D’après une étude britannique, les Étourneaux sansonnets sont victime d’un antidépresseur qu’ils ingèrent par le biais des vers de terres, des asticots et des mouches dont ils se nourrissent. Cela signifie que notre environnement contient du prozac, issu des industries pharmaceutiques, des médicaments jetés dans les déchets ménagers, des eaux usées des foyers des hôpitaux, mais aussi des élevages industriels et des boues d’épandages.

Les effets du Prozac sur les Étourneaux sont les mêmes que chez l’homme à savoir une perte de libido et d’appétit. Par rapport aux Étourneaux non contaminés, ceux qui avaient « consommé » du Prozac mangeaient beaucoup moins et picoraient toute la journée.
De plus, mise en présence de mâles, les femelles « sous Prozac » restaient à l’écart et ne s’intéressaient pas du tout à ceux-ci.

Les conclusions de cette étude anglaise suggèrent que la présence de Prozac dans l’eau pourrait entraîner une chute de la reproduction des Étourneaux et réduire fortement leurs chances de survie hivernales, par manque de calories. 


Crédit photo : © 2020 Yann GESHORS
ressource : Il faut sauver nos oiseaux (Delachaux et Niestle) – LPO France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *