Après les phrases « choc » de Robert Ménard (Maire de Béziers et Président de l’Agglo Béziers Méditerranée), lors de la réunion publique organisée à Puissalicon :

« Ces écolos, ils nous font chier avec leurs éoliennes ! »

« Il faut être abruti et vivre à Paris pour imaginer des choses pareilles. Je tiens à mon pays, je tiens à ma ville et à mes paysages. Les écolos qui veulent me donner des leçons de morale, qu’ils aillent se faire foutre ! »


Ou cette phrase, lors de la manifestation anti-corrida à Béziers


« Je ne suis pas de ceux qui nient la souffrance animale, bien sûr que non. À travers la corrida on défend un rapport au taureau qui date de 2000 ans. Je pense que la corrida a une vraie dimension culturelle, que ça fait partie de notre histoire. Je ne crois pas que les 5000 personnes qui seront tout à l’heure dans les arènes soient tous des monstres et vous tous des saints. » Robert Ménard, maire de Béziers

Voilà une nouvelle publication sur le thème de la chasse, citant les écolos comme déconnectés du monde réel, surprenant de la part d’un végétarien

Robert Ménard sort un article du HuffPost, qui n’est qu’une extrapolation de l’interview réaliser sur BFM TV.
Les écologistes de terrain, eux sont bels et bien connectés à la réalité concrète et appuyés sur des faits scientifiques !
Aujourd’hui, WWF annonce que 68% des animaux sauvage ont disparu en 50 ans ont disparu, est il possible de continuer de la sorte pendant des années ?
Personnellement pour être quotidiennement sur le terrain avec de nombreux acteurs, dont les chasseurs, certain se posent la question sur l’avenir de leur pratique, « il n’y a plus grand chose à chasser  » et certains propose même une trêve de la chasse !

Les écologistes sont pour le bien-être animal et ont obtenu une première victoire avec la suspension de la chasse à glu, qui n’est pas sélective.
La prochaine réussite serait de stopper la chasse aux espèces menacées de disparition, tel les tourterelles des bois en chute de 80 % !

Après, se pose la question des cochongliers ! Et pour assouvir la passion de la chasse, de nombreux élevage de « sangliers » existent et sont relâchés dans la nature, afin d’y être tiré, mais cette espèce s’est reproduit d’une manière inquiétante, car plus fertile et plus résistante et qui n’a comme unique prédateur, l’homme.

Il est nécessaire de réaliser une transition, accompagner l’ensemble des acteurs (tourisme, agriculture, mais aussi les élus et leurs investisseurs, face à l ultra-urbanisation galopante), oui cela passera par un changement des habitudes !

Surprenant ces communications Anti Ecolo depuis quelques semaines, on pourrait penser qu’il y ait comme une crainte face aux écologistes …
Alors Robert, comme à mon habitude, je propose de venir sur le terrain, pour venir se renseigner sur le monde réel, cela évitera de dire n’importe quoi !
 Car ce n’est pas en faisant, n’importe quoi, que l’on devient n’importe qui ! (Rémi Gaillard).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *